L’Évangile et les sports

Est-ce que la Bible bannit le Sport ?

Attention à notre jugement concernant cette question, et examinons-la à la Lumière du Testament  de Notre Sauveur.

Paul écrit à Timothée (1; vs.4) que l’exercice corporel est utile à peu de chose. Il dit bien  » peu de chose  » et non inutile complètement.  Et il écrira ailleurs (1 Cor.10; 23) que tout est permis, mais que tout n’édifie pas. Puis Jean (1, Chap.2 vs.15) nous mets en garde d’aimer le monde et les choses qui sont dans le monde.

Le sport est un phénomène quasi universel dans le temps et dans l’espace pourrait-on dire !  La Grèce antique, la Rome antique, Byzance, l’Occident médiéval puis devenu moderne, l’Amérique précolombienne, l’Asie et bien d’autres sont tous marqués par l’importance du sport:

Certaines périodes sont surtout marquées par des interdits, comme ce fut le cas en Grande-Bretagne du Moyen-âge, et autres pays plutôt puritains. Le  » sport  » est un ensemble d’exercices physiques s’exerçant sous forme de jeux individuels ou collectifs pouvant donner lieu à des compétitions.

Son nom est un dérivé du mot anglais désignant (exercice en plein air) tels que, course de chevaux, canotage, chasse à tir ou à courre, pêche, tir à l’arc, escrime, gymnastique et combien d’autres ?

Au cours des dernières années, il s’est répandu très rapidement dans nos Assemblées Évangéliques comme un moyen d’amener les gens à fréquenter et connaître mieux les gens qui composent cette Église.   Mais, ne serait-il pas plutôt une astuce pour infiltrer une des choses du monde dans ce qui ne devrait pas être partagé avec le monde ? (2 Cor. 6; 17).

Il semble devenir une sorte de levain qui agit jusqu’à ce que la pâte soit levée, en introduisant cette vie du monde à l’Évangile d’une manière réellement grossière et incongrue, dont il semblerait que les  » myopes  » spirituels ne peuvent même pas manquer de voir.

Rarement le monde a proposé aux assemblées quelque chose d’aussi rusée !  On est devenu si indifférent à la pureté de la sanctification, que l’on ne ressent absolument pas les influences tragiques et mondaines.

Au contraire, on croit atteindre les grandes masses afin de pouvoir les évangéliser. Mais comment se fait-il que nulle part dans toute l’Écriture nous ne voyons cette mission de distraction être présentée aux gens ? Si cela était du domaine des oeuvres spirituelles, est-ce que Christ ou les apôtres ne l’auraient pas mentionné ?

Allez par tout le monde, et prêchez la bonne nouvelle à toute la création  » tout en offrant divers divertissements  » surtout à ceux et celles qui n’accueillent pas l’Évangile avec beaucoup d’intérêt ?

Ce n’est pas du tout ce que nous lisons, même si Jésus éprouvait beaucoup de compassion pour les pécheurs. Il soupire et pleure sur eux, il démontre la Puissance du Royaume de Dieu en les nourrissants, guérissants, dans leur chair, afin qu’ils saississent la vraie nourriture et guérison essentielles à la Vie Éternelle. Mais jamais il essaya de les distraire.  Et jamais aucun passage des épîtres néo-testamentaires n’ont la moindre trace d’un Évangile distrayant. Au contraire le message insiste de sortir du monde et d’en demeurez en dehors, (2 Corinthiens 6; 17).

Y a-t-il du pur instructif pour la vie Éternelle à venir dans le sport, est-ce qu’il est l’un des oeuvres de la sanctification ? Non pas que nous ne pouvons pas relaxer du labeur journalier, mais il ne faut pas que le sport devienne un labeur après une semaine de travail, et s’il est mon gagne-pain, je dois rechercher s’il est sain et convenable dans ma vie quotidienne comme enfant de Dieu et serviteur de son Assemblée ?

Les premiers chrétiens avaient une confiance illimitée dans l’Évangile, ils ne se servaient d’aucune autre arme pour le salut de quiconque, que l’Esprit-Saint du Seigneur (Jean 16; 8).

Après que Pierre et Jean eurent été emprisonnés pour avoir prêché devant le peuple le pourquoi de la venue et résurrection du Christ  (Actes 4)  l’assemblée Évangélique se réunit en prière pour eux 2, et leur prière ne fut pas: Seigneur, fais que tes serviteurs puissent montrer à ce peuple par des distractions inoffensives et bien mûries, quel sorte de chrétiens joyeux et fervents que nous sommes pour un Sauveur si merveilleux, mais ils avaient avec eux une preuve tangible (vs.14) que Dieu est de beaucoup supérieur aux hommes (vs.19).

Finalement  » l’amusement supposément chrétien  » rate le vrai but, et provoque des ravages chez les convertis (1 Cor.3; 12) car tout ce qui vient du monde n’est que chaume, bois ou foin, même si nous montons au nom du Seigneur des scènes de guérisons ou tout autre miracle dans des Assemblées d’évangélisations pour attirer par la vue ou quelque sens quelconque du corps humain une personne a donner sa vie au Seigneur.  » Je prie pour ceux qui croiront en moi par leur parole  » et non comme ayant assisté à une pièce théatrale chrétienne, qui n’a jamais amené personne à la réelle repentance (1 Pierre 3; 21).

Ce dont le monde a toujours eu besoin, c’est un message de foi et de sanctification envers Dieu appuyé par sa Parole (des versets) qui vont de paire pour une vie spirituelle sérieuse, dont l’un découle de l’autre comme le fruit procède de la racine.

Il faut un enseignement biblique qui ne touchera pas seulement les sens de l’auditeur (trice) mais surtout son intelligence qui deviendra ardente à l’obéissance et foi dans tout ce que prescrit le Testament du Christ.

Sincèrement  Vie et Bible http://guygibeau.unblog.fr

Visitez  » Source de Vie  » pour d’autres recherches et informations bibliques.

Vos commentaires et questions sont les bienvenus.           MERCI.

Laisser un commentaire